Un Navire Humanitaire Bloqué En Mer Depuis Dimanche, Est A Cour De Provisions Alimentaires

« Tout est calme à bord », assure Anelise Borges, journaliste à Euronews actuellement à bord de l’Aquarius. Sur son compte Twitter, elle raconte que la vie quotidienne suit son cours sur le navire humanitaire de l’ONG SOS Méditerranée dans l’attente de nouvelles venant d’Italie. « Les équipes ici nous disent que la situation est sous contrôle, qu’elles peuvent subvenir aux besoins des migrants », précise la journaliste dans un témoignage recueilli par Euronews.

Un membre de Médecins sans frontières (MSF), lui aussi à bord, s’inquiète pourtant de la diminution des stocks de nourriture si l’Aquarius n’accoste pas rapidement. « Nous avons des vivres pour tenir seulement deux à trois jours », explique-t-il dans une vidéo. Du côté des migrants aussi la situation est délicate. Certains se sont déjà inquiétés de savoir quand ils allaient pouvoir débarquer du navire. « Les membres de l’équipage attendent d’avoir eux-mêmes une réponse pour les tenir informés », explique Anelise Borges.

Depuis dimanche soir, ce navire est bloqué entre Malte et la Sicile avec plus de 600 personnes à son bord, secourues dans la nuit de samedi à dimanche au cours de six opérations distinctes. Parmi elles se trouvent onze enfants et sept femmes enceintes.

L’Italie a refusé de recevoir le navire humanitaire et a demandé à Malte de l’accueillir. Mais La Valette a, elle aussi, exprimé son refus. Le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini a indiqué que les ports italiens resteraient fermés à l’Aquarius si Malte n’acceptait pas de le laisser débarquer dans l’un de ses ports. « Malte ne reçoit personne, la France refoule les gens à la frontière, l’Espagne défend ses frontières avec des armes. À partir d’aujourd’hui, l’Italie commencera aussi à dire non à la traite des êtres humains, non à l’immigration clandestine », écrit le ministre issu de la Ligue, parti d’extrême droite, sur Facebook.

Nicola Stalla, coordinateur de la mission, explique à la journaliste Sara Alonso Esparza qu’il s’agit de la première fois que l’Aquarius ne se voit pas désigner un lieu d’accostage sûr. Un problème similaire s’est déjà posé samedi avec le navire de secours allemand Seefuchs, transportant 126 migrants. Après un bras de fer avec Malte, il avait finalement été autorisé à toucher terre dans le port sicilien de Pozzallo.

Rédactrice :                  Alicia Bakandja 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s