Algérie : Paris Pourrait Faire Pression Sur Alger ?

La très anticolonialiste Organisation Nationale des Moudjahidine Algériens est très remontée contre la France. En substance, si la France pense pouvoir faire pression sur l’État algérien, pour qu’il accepte ses desseins au Sahel, ou sur la question de créer des camps de migrants sur son sol, en brandissant la menace de la restitution des prétendus biens des colons et des pieds noirs en Algérie et le retour des harkis, qu’elle sache que c’est une cause perdue. C’est en tout cas le point de vue exprimé par l’ONM par voie de communiqué le 10 juillet selon l’Algérie Presse Service (APS).

L’armée algérienne réagit aux différents défis sécuritaires secouants le pays

La question de la restitution des prétendus biens des colons et des pieds noirs, ce que réclamerait la France, «ne pourrait en aucun cas servir de moyen de pression et de chantage, eu égard aux grands sacrifices consentis par le peuple algérien durant la révolution», a indiqué le communiqué de l’ONM. Tous ces biens qui sont évoqués par la partie française «ont été spoliés de leurs propriétaires légitimes par la force et en vertu de lois iniques», a-t-il ajouté.

Tout en rappelant que le droit international «n’approuve pas la spoliation comme outil de confirmation du droit de propriété, aussi bien pour les individus que pour les États», l’Organisation des anciens combattants algériens a souligné que l’État algérien a classé ce dossier après l’avoir traité via la mise en place d’un système juridique «qui a consacré le droit du peuple algérien à la restitution de ses biens spoliés, conformément à la légalité internationale».

Concernant le retour des Harkis en Algérie, le communiqué de l’ONM est catégorique: «Le dossier des harkis a été clos définitivement pour l’État algérien et, par conséquent, il ne fera en aucun cas l’objet de chantage. C’est une question qui concerne la France seule et n’a aucune relation avec notre État.» A ce titre, l’organisation algérienne a relevé la position des autorités françaises à l’égard des citoyens français qui ont choisi de collaborer avec les nazis lors de l’occupation de la France. «Bien que plus de 70 ans sont passés, ils continuent à faire l’objet de poursuite et de sanctions outre leur privation de leurs droits civils», a indiqué le communiqué.

En conclusion l’ONM a dénoncé le fait que certains responsables français «sont toujours nostalgiques de « l’Algérie française » au point de revendiquer des droits illégitimes sur lesquels l’histoire à dores et déjà tranché».

Rédactrice :                     Alice Bakandja

L’Algérie persiste et signe sur une éventuelle intervention de son armée au Sahel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s