Massacre En Centrafrique, Au Moins 50 Personnes Perdent La Vie

Au moins 50 Personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessés depuis mardi en Centrafrique par des hommes armés qui ont attaqué trois villages dans la région  de Bambari (Centre) ont déclaré ce Vendredi, quelques rescapés qui ont réussi à fuir le village.

« Le bilan provisoire de ces attaques contre la localité de Agoudou Manga,  Yasseneme et Ngouyanza est d’au moins 50 morts plusieurs personnes ont été blessés » a déclaré Isaac Zara-Naba,  habitant de Agoudou Manga réfugié à Bambari joint depuis Bangui.

Selon Prospère Tchoulekrayo habitant de Yasseneme en fuite à  Bambari « Ils ont assiégé tous ces villages tirant sur les habitants sans distinction ».

« Ces attaques ont été lancées par l’UPC (Union des Peuples Centrafricains) de Ali Ndarass faction  de l’ex-rébellion Séléka à  dominante musulmane qui poursuit ses réprésailles contre les autochtones » accuse Tchoulekrayo.

Contacté par L’AFP,  une source proche  de l’UPC nie toute implication directe dans ces nouvelles exactions.

« L’UPC n’est pas impliqué dans ces attaques qui sont plutôt des actes commis par le FPRC. L’UPC à toutefois fait échec à une progression du FPRC qui visait ses positions » à affirmé la source sous couvert d’anonymat.

Le Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC dirigé par Nouredine Adam) est une autre faction de l’ex-Séléka.

Des affrontements meurtriers opposent régulièrement des factions de l’ex-Séléka prés de Bambari où est stationné le contingent de la force de l’ONU (MINUSCA).

La Centrafrique, l’un des pays les plus pauvres du monde peine à se relever du conflit créé en 2013 par le renversement de l’ex-président François Bozizé par la rébellion Séléka. La contre-offensive antibalaka majoritairement chrétiens à entraîné des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. De nos jours, plusieurs groupes armés maintiennent une insécurité permanente dans la plupart des régions du pays.

1 commentaire

  1. C’est dommage de constater ‘en cette heure en ce siècle qu’on en soit encore en Afrique à être des dommages collatéraux des luttes intestines de soit disant lideurs d’oposition. C’est vraiment dommage.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s