Test Réussi D’un Produit Contre Tout Type De Cancer

Des chercheurs Russes ont mis au point  et testé avec succès un produit  d’ingénierie génétique contre tous les types et tous les stades de tumeurs maligne. Les patients pourront y accéder d’ici trois ou quatre ans.

L’annonce a été faite  par le professeur Andreï Simbirtsev directeur  adjoint de l’Institut des recherches des produits particulièrement purs de l’agence médico-biologique fédérale  Russe.

Ce produit complètement nouveau obtenu grâce aux biotechnologies vise à soigner des tumeurs malignes. L’expérience spaciale par laquelle il a pu être obtenu s’insrit dans le cadre  des essais précliniques de ce médicament qui pourrait s’avérer révolutionnaire dans la lutte contre  le cancer.

« C’est une molécule qui est synthétisée par n’importe quelle cellule de l’organisme humain en réponse aux différents éffets de stress. Les scientifiques connaissent son existence  depuis longtemps. Mais on supposait initialement  que la protéine pouvait  seulement protéger la cellule contre les dommages.Il s’est avéré ensuite qu’elle possédait  une propriété unique : celle d’aider la cellule  à montrer ses antigènes tumoraux au système immunitaire, renforçant ainsi la réponse immunitaire antinéoplastique » à déclaré Andreï Simbirtsev.

Ce dernier précise  que comme  la quantité de cette protéine dans l’organisme est minimale, une procédure biotechnique médicale à êté mise au point pour la synthétiser. Le professeur explique que le géne de la cellule  humaine responsable  de la production  de la protéine à été isolé  et cloné.

L’expert a indiqué que des médicaments avaient été testés sur des souris  et sur des rats souffrants de mélanome et de sarcome. Une série d’injection  du produit  conduisait dans la plupart des cas à une guérison totale même à un stade avancé. Ainsi.a-t-il conclu « on peut affirmer que la protéine dispose de l’activité  biologique nécéssaire pour soigner le cancer »

Bien que des tests de la protéine  de choc thermique n’ai pas révélé de toxicité, les conclusions définitives sur sa sécurité  ne pourront  être tirées qu’à l’issue des études précliniques ce qui demanderait encore un an. Après cela, les chercheurs pourront démarrer les essais cliques.

Andreï Simbirtsev rappelle que les éssais cliniques à part entière durent généralement deux à trois ans.


 

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s